Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 16:00


     Hier soir avait lieu aux Bordes (commune de l'Indre proche d'Issoudun), dans la petite chapelle Saint-Vincent rénovée, le vernissage d'une jolie exposition des dessins de Robert Bichet (voir article de presse ici). 

Robert Bichet expose aux Bordes

       Au soleil du soir, ce bâtiment discret s'abritant derrière un accacia était bien chaleureux, orné de ces dessins dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils sont de plus en plus lumineux !

     Jugez plutôt :

Robert Bichet expose aux Bordes

      Voici les plus anciens des dessins exposés :

   -  "le Chaos" (1976) et

   -  "Espace transformé" (1983).

Robert Bichet expose aux Bordes

     Et voici maintenant les plus récents, de gauche à droite :

    -  "Cité-sommeil aux soleils transposés" (2011)

    -  "Cité-sommeil à l'espoir, à la vie, aux espaces transformés" (2013)

    -  "Cité-sommeil aux arbres, au Soleil, à la Vie" (2015), et

    -  "Cité-sommeil aux images multiples" (2015-2016)

(Observez ce dernier en détail sur cette page)
 

Robert Bichet expose aux Bordes

      Après un mot de présentation du Maire de la commune, Dominique Delpoux, qui était également comme il le souligna une ami de longue date de Robert puisque lui-même musicien (guitariste), l'artiste envisagea de présenter ses oeuvres.

 

      Soucieux comme toujours de valoriser les autres plutôt que lui-même, il commença par expliquer que s'il avait osé se mettre à créer, c'était grâce au soutien d'amis, et qu'il demeurait persuadé que tout le monde sans exception était artiste ou poète dans l'âme, même si chacun l'exprimait d'une manière différente ; et cela, sans oublier l'artisan qui, tel le cuisinier à droite sur la photo, était capable d'enchanter les gens et de créer une harmonie parfaite parmi ses convives !

 

     Touchant à quantité d'expressions artistiques simultanément (dessin, peinture, composition et interprétation musicale, écriture poétique mais aussi à un moindre degré théâtre comme le fit remarquer Dominique Delpoux, et sculpture pour quelques pièces), il précisa (en substance) :

 

"   Je me sers des sons, des couleurs, des mots... pour exprimer mon Jardin intérieur. "

 

      Après la lecture de son dernier poème, inspiré par la traversée d'un train derrière un passage à niveau et qui montre comme un arrêt sur image de la Vie dont le mouvement quasi féérique (traduit par le train illuminé) fait comme une pluie d'étoiles devant ses yeux émerveillés, il commença à montrer comment sont conçus ses dessins, où l'encre de Chine vient préciser les formes initialement esquissées à l'aquarelle :

 

"  Ce ne sont que des bateaux en partance !"

 

    Et en effet, si nous lisons le commentaire du dernier de ses tableaux (Cité-sommeil aux images multiples) nous trouvons ces mots (avec des points de suspension à l'infini) :

 

" Ces bateaux... Ces bateaux...
Tous ces bateaux qui partent.........
Tous ces instants de rêve, d'arrêt, de flamboiement,
Ces Oiseaux-Papillons,
Ces Eternels Départs,
Toutes ces maisons-soleils,
Citadelles... Minarets... Cathédrales... "

 

     Il voulait ainsi indiquer que ses dessins, sous leur squelette à l'encre de Chine, ouvraient par la couleur des espaces infinis d'envol et de liberté ; qu'ils n'étaient que le support du rêve et exprimaient la vision d'un monde retransposé par un regard d'enfant : un regard qui s'émerveille de tout, ne connaissant le sens de rien.

 

        Soucieux également d'apporter aux autres un enseignement positif, il rappela cette notion chère à son coeur que dans la vie, tout répond à cette triade :

 

Chaos - espace transformé - éternel départ

       Autrement dit :

D'un handicap faire un avantage

 

       Il prit alors pour exemple son problème de la veille : alors qu'il voulait préparer le descriptif de l'exposition sur son ordinateur, celui-ci lui fit des tours pendables, devenant si ingérable qu'il dut changer totalement d'idée et tout faire à la main...

        Etait-ce un "chaos" ? Un "handicap" ? Trouver "l'espace transformé"  revenait alors à découvrir comment en faire un "avantage", afin que cela devienne un "nouveau départ".

     Il décida finalement d'écrire tout sur une feuille comprenant déjà un dessin de lui : ainsi le public pourrait bénéficier d'un descriptif comportant la reproduction d'une de ses oeuvres... Et hop, c'était un avantage... !

Robert Bichet expose aux Bordes

    Et là-dessus, d'ajouter que l'art - poésie, dessin, musique, ou toute autre expression - vaut plus que mille antidépresseurs, dix mille tranquillisants, etc.

 

" Vous f... tez le camp dans le rêve, et plus personne ne peut vous atteindre !"

 observa-t-il en connaisseur.

 

       Quelle sera donc sa conclusion ? La même que la plupart du temps :


"   Les belles choses de la vie ne s'achètent pas. Qu'est-ce qui vous rend le plus heureux ? N'est-ce pas le sourire d'une personne rencontrée par hasard, et que vous ne connaissez même pas ?... "   

Robert Bichet expose aux Bordes

        Son Livre d'Or attendait à l'entrée les quelques mots des visiteurs. Un grand cahier à dessin simplement entouré d'un protège-cahier, sur lequel à chaque occasion il vient ajouter la présentation de l'exposition ou du concert dont il est question, et qu'il conserve précieusement "pour ses vieux jours" : simplement "pour le plaisir de se rappeler des visages, des sourires rencontrés au cours de son existence, lorsqu'il sera impotent et incapable de quitter sa chambre".

     Derrière le grand cahier, vous pouvez voir à gauche un pli postal - papier plié en forme d'enveloppe en souvenir de l'histoire de la Poste - ; et au fond un début de partition manuscrite, évoquant le côté graphique de ce travail puisqu'il s'agissait de faire jouer de la musique à des élèves ne connaissant pas le solfège.

Robert Bichet expose aux Bordes

   Ici à côté d'une de ses partitions, d'autres plis postaux, ayant été expédiés ceux-ci.

Robert Bichet expose aux Bordes

     En haut à gauche, un "poème illustré", parmi d'autres compositions en différents formats.

Robert Bichet expose aux Bordes

     Robert Bichet dans le feu de l'action !

Robert Bichet expose aux Bordes

    Enfin ajoutons pour finir que cette exposition servira de décor à diverses manifestations au village des Bordes, à commencer par les 16e Rencontres Poétiques en Berry, organisées par le Groupe poétique François Villon et son président le poète Jean-Noël Baglan, ce dimanche.



Jean-Noël Baglan (image tirée du site)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Dessin - expositions
commenter cet article

commentaires

Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).