Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 20:06

       Robert Bichet est un farouche défenseur des droits de l'homme. Rien ne le révolte plus que le racisme, la violence, la torture. Il s'est donc jeté tout en entier dans le projet proposé en cette année 1985 par le groupe Amnesty International d'Issoudun, autour des images du nouveau calendrier dessiné par Jean-Michel Folon.

        On le trouve aujourd'hui dans ce livre illustré.

Folon-declaration.jpg      

      En tant que directeur du Conservatoire d'Issoudun chargé d'animations dans les écoles, Robert avait entamé avec des institutrices de la maternelle George Sand un grand travail de fabrication d'instruments et d'utilisation de percussions avec des tout-petits.

     Il décida de les utiliser dans sa musique, en leur expliquant ainsi de quoi il s'agissait :

     « Imaginez un papillon qui est retenu dans des fils de fer barbelés...  Cela lui fait très mal,  cela lui déchire les ailes ! Alors on va entendre toute sa souffrance, tous ses efforts pour se libérer. Il n'y parviendra pas mais à la fin quelqu'un va enfin le délivrer, et le papillon va s'envoler haut, très haut vers le ciel bleu, jusqu'à ce qu'on ne le voie plus. »

    Ainsi de tout jeunes enfants participèrent à un grand concert donné exceptionnellement dans l'église de la ville, figurant l'innocence dans une vibrante prière pour la paix. Et il semble, vous vous en rendrez compte par vous-même, que cela soit une des oeuvres les plus émouvantes de Robert Bichet, car on y sent, entre les quelques cris d'enfants qui s'ajoutent par accident à la partition comme pour prouver que tout cela est bien réel, toute l'émotion d'un orchestre suspendu à un chef dont on découvrait alors l'aptitude stupéfiante à faire surgir la musique de presque rien, toute l'attention d'un public qui n'en croyait pas ses yeux ni ses oreilles, et toute la solennité d'un appel à résister à la violence et à l'oppression... Les battements obstinés de la grosse caisse sont comme la pulsation de la vie qui résiste, et qui vaincra envers et contre tout.

      L'oeuvre, en trois parties enchaînées, dure au total vingt-cinq minutes. A l'orchestre du Conservatoire et aux objets sonores des enfants s'ajoutent les Ondes Martenot tenues par Francesca Paderni, le vibraphone tenu cette fois par Dany Raffali, et un récitant qui fut Bernard Martin, acteur alors en résidence à Issoudun (troupe du Nain Jaune). La prise de son pour la première fois très soignée est due aux techniciens du Centre Dramatique d'Issoudun, notamment Eric Michot, et le Groupe Lumière de la Maison des Loisirs assurait la projection des dessins de Jean-Michel Folon.

Le voyage d'un papillon- Issoudun85-Les pancartesTout en dirigeant l'orchestre des élèves et des professeurs du Conservatoire, Robert brandit des pancartes représentant l'instrument que les enfants doivent prendre en mains pour démarrer à son signal (photo de Martine Geoffroy pour le Berry Républicain).

Le voyage d'un papillon- Issoudun85-Les enfantsSur l'estrade derrière l'orchestre, on voit les petits assis à leurs pupitres avec leurs institutrice pour les guider, et devant eux les boîtes en carton contenant leurs divers objets sonores (photo de Martine Geoffroy pour le Berry Républicain).

 

       Voici les cinq premières minutes de l’œuvre, qui dressent l'atmosphère de la première partie : "Souffrance". Tout y exprime l'angoisse, les appels au secours, les chaînes, la douleur. Les enfants frottent sur des boîtes de conserve qu'ils ont eux-mêmes arrangées, sur des coquilles Saint-Jacques, puis secouent des maracas.

      Même la torture est évoquée, dans une atmosphère qui devient peu à peu insupportable (utilisation par les enfants de tuyaux de plastiques dans lesquels on souffle puis de sucettes sifflantes, qui seront reprises à la fin dans une atmosphère plus gaie).

     Alors le récitant se lève et énonce Les droits de l'homme. Ponctuant chaque proposition, une diapositive s'affiche au-dessus des enfants derrière l'orchestre, portant le dessin réalisé pour elle par Folon.

Le voyage d'un papillon-Issoudun85-Le récitant

  A gauche de Bernard Martin, derrière Robert Bichet, vous apercevez les amplificateurs des Ondes Martenot. L'orgue de l'église à droite n'était pas utilisé, mais devant lui se trouvait le piano (photo de Martine Geoffroy pour le Berry Républicain).

 

         Et juste ensuite commence la troisième partie : "Liberté"... Tout un univers de ciel bleu s'ouvre, et comme un point qui diminue on voit le papillon se noyer peu à peu dans un océan de bonheur. Les enfants soufflent dans des appeaux qui évoquent les oiseaux et la lumière. Vous constaterez que Robert Bichet, plus contemplatif que jamais comme dans sa poésie, fait tenir interminablement les notes comme pour évoquer l'inaltérabilité du ciel...

         Et voici l'extrême fin, dans laquelle l'onde figure le papillon se fondant dans la lumière.

 

Concert donné en l'Église Saint-Cyr d'Issoudun le 16 juin 1985

Cet article est la reprise plus détaillée de l'ébauche esquissée sur mon blog personnel ici.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Musique - concerts
commenter cet article

commentaires

Russalka 02/11/2010 09:38


C'est tout simplement magnifique! quel climat prenant, envoutant. Arriver en outre à obtenir ce résultat avec des enfants, c'est un tour de force... Bravissimo!
J'adore l'entrée en matière, cette tension que l'on perçoit accompagnée du continuo de la percussion.


Martine Maillard 03/11/2010 15:05



Merci de ton écoute, Russalka. J'avoue avoir eu les larmes aux yeux en réécoutant cette oeuvre. A l'époque j'étais au pupitre de violoncelle et je peux dire que nous avons été bluffés (d'ailleurs
je l'ai signalé dans l'article). C'est l'une de ses plus belles pages de Robert.



Russalka 30/10/2010 18:07


je reviendrai lundi écouter ton formidable travail car là, avec Maxou qui tourne partout et la bronchite qui 'aggrave, j'ai un peu d emal à me concentrer...


Martine Maillard 03/11/2010 15:05



Pas de problème, prends ton temps et soigne-toi surtout.



honeyblade 29/10/2010 17:55


Super article! cette oeuvre est vraiment magnifique! merci pour ce site particulièrement bien organisé!


Martine Maillard 29/10/2010 18:18



Merci, Honeyblade. Oui, je trouve cette oeuvre particulièrement réussie
!


NB : il faut mettre l'adresse de ton site !



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).