Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:20

  L-allee-ete.jpg

Photo prise par Robert Bichet dans l'"Allée" de Bracieux en été vers 1970

       C'est juste après son mariage avec Martine Maillard qu'installé à Paris, Robert Bichet décide de se présenter à la librairie-édition Saint-Germain-des-Prés, près de Saint-Sulpice, dirigée par Michel et Jean Breton (initiateurs de la revue Poésie 1), pour leur proposer ses dernières compositions poétiques : "Mes Saisons de Bracieux" et "Poèmes venus d'Ailleurs", ainsi que les "Poèmes pour eux", un cri de révolte. Il y entraîne sa jeune épouse, l'invitant à publier simultanément sa propre poésie.
     Sa rencontre avec Jean Orizet, le directeur littéraire, est très fructueuse : le poète vient de créer une nouvelle collection intitulée "Miroir Oblique" et accepte d'y engager les deux manuscrits, avec une part éditeur et le reste en bulletins de souscription, ce qui est plutôt généreux envers de jeunes débutants.

 

                            Mes saisons de Bracieux - St-Germain des Prés (Paris 1973)   Rossignol d'Argent-Martine Maillard

     A la demande de Robert, Martine Maillard rédige aux Saisons de Bracieux une préface dans laquelle elle tente d'analyser et de développer toutes les facettes de la créativité de son époux, évoquant les écrits précédents, la Sologne, l'enfance, etc.... De son côté, Robert Bichet obtient de l'éditeur la publication d'illustrations de sa main, les premiers dessins que je vous ai détaillés ici, et en offre deux à sa compagne pour agrémenter sa propre plaquette - négligeant cependant à chaque fois d'apposer sa signature sous ses dessins.

 

                              Pour Survivre   Le Rossignol d'Argent

Dessins réalisés par Robert Bichet pour Le Rossignol d'Argent


Mes Saisons de Bracieux

     Mes Saisons de Bracieux se présente sous la forme d'un vaste poème en plusieurs parties, étiré au fil des pages  dans une disposition étudiée et un graphisme travaillé.

    Sans revenir aux "signes conventionnels" précédemment utilisés, Robert Bichet confirme sa volonté d'écrire non pas "des poèmes", mais des oeuvres poétiques complexes et structurées, qui sont en quelque sorte un avant-goût de la musique qu'il ne s'autorise pas encore à composer.

       Installé en pleine tourmente parisienne alors qu'il a quitté le cocon protecteur du Mont Valérien, il se prend à regretter les nuits étoilées de son enfance et ses errances par les chemins de Sologne, où parmi les brandes au détour d'une clairière il voyait surgir le toit endormi d'un rendez-vous de chasse inhabité.

      Comme dans les précédents articles, je remplacerai les sauts de page par une ligne en pointillé.

(Extrait des Saisons de Bracieux)


Les chemins

s'effaçaient

(au pas des ailes)

 

Et nous voguions ensemble

Aux grandes vitrines !...

 

----------------------------------------------------------------------------------

 

Nos rires

s'éparpillaient

(en grappes blanches...)

 

Ecorchant aux soleils

Les grands desseins... !

 

 

 . . .   I  L  L  U  M  I  N  A  I  E  N  T   . . .

 

 

Et nos chiens dessinaient

(en gerbes d'aurores !...)

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

      Un soir près des fossés ; je m'étais endormi comme dans un grand voyage... C'est peut-être après minuit ; (sur les platanes !...) L'oiseau s'était levé... (à la colombe...) et dessinait en arabesque près de mon arbre ; ... La lune n'éclairait pas encore mais j'avais posé l'astre tout au bout du sentier... !

 

 

     Evidemment nous voyons dans le texte même les images apparues sur les dessins : ceux cités ci-dessus, et ceux détaillés dans l'article correspondant.

 

    La vaste fresque s'achève en apothéose-surprise.

 

Il y avait un étang suspendu dans le ciel...

 

Ce serait comme hier...

Ce serait comme avant...

 

Tu créais des étoiles au fond des fleurs

Et des arbres

Et des fleurs au fond d'étoile

 

Tu as jeté la muse suspendue à son fil

Pour transformer les horizons... !

 

 

Robert Bichet © Editions Saint-Germain-des-Prés


Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Poésie - dédicaces
commenter cet article

commentaires

Alexandre 08/12/2010 14:11


J'aime les poésies courtes qui englobent bien des choses. Très belle photo prise par cet artiste que je ne connaissais pas. Une photo teinté de nostalgie (à mon sens) comme je les aime.


Robert 08/12/2010 14:52



Alors on se comprend... ;)



Viviane 29/11/2010 14:28


Plein d'images fortes
comme lorsque l'on cligne des yeux
et que quelque chose reste à jamais imprimé sur la rétine...


Martine Maillard 29/11/2010 14:58



Jolie comparaison ! Merci Vviane... En effet ce sont des flashes. Dans la panoplie de Robert j'ai oublié d'ajouter qu'il s'était passionné un temps pour le cinéma... et a monté quelques petits
reportages à partir de sa caméra super 8.



domi 29/11/2010 11:04


ton mari était aussi poète ?
c'est super beau..............................


Martine Maillard 29/11/2010 11:18



Il a commencé comme poète, puis a développé le dessin peu à peu coloré et s'est mis à la composition. Il est extrêmement original et créatif, et de plus très communicatif, si bien qu'après une
carrière de directeur de conservatoire  il est connu de pas mal de gens. C'est pourquoi je pense qu'il lui faut un site.


 



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).