Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 18:07

    Abordons maintenant le deuxième grand volet de la plaquette "Mes Saisons de Bracieux", dont vous avez ici la présentation, et les illustrations : les "Poèmes venus d'ailleurs".

    Depuis longtemps déjà, Robert Bichet proclamait que "l'Art vient d'ailleurs" et que "l'artiste n'est qu'un transmetteur" (voir sur cette page, colonne de droite, en bas).

    Cependant pour ces poèmes, qui n'ont de commun avec ceux précédemment évoqués que le style propre de leur auteur mais rien de la forme, il s'est totalement voué au hasard afin de créer des textes d'une pureté absolue.

    C'est le principe de l'acrostiche qui en a été le déclencheur. Mais le mot prétexte, Robert Bichet voulut le cacher à la vue du lecteur, n'étant pour lui que l'étincelle bien involontaire à l'origine d'un objet ciselé à la façon d'une sculpture.

    Au fil des journées, il se laissait impressionner par un prénom féminin (dont il ne connaissait pas forcément la propriétaire, car il pouvait s'agir d'un nom cité ou lu par n'importe qui à n'importe quel moment) ; et autour de ce prénom déjà porteur pour lui d'images ou de sons, il s'attelait à une écriture soignée, régulière et rimée, en utilisant les formules les plus riches, les mots les plus recherchés (voire imaginés), les libertés syntaxiques les plus étranges, jusqu'à obtenir une sorte de joyau... qui de "l'aboli bibelot d'inanité sonore" ne posséderait que l'éclat, tandis qu'à l'instar de la pierre des alchimistes il brille et dégage une puissance magnétique.

   Sur mon propre blog j'ai déjà cité le poème "Dolorès", dont je vous livre la clef par facilité en guise d'intitulé  ; mais il faut rappeler que Robert  Bichet tient beaucoup à ce qu'aucune majuscule ne soit posée au début des vers (à part  pour le premier) et qu'aucun titre ne soit affiché afin que le prénom s'efface derrière le texte qu'il inspire, et que personne n'aille s'imaginer la moindre dédicace à l'intention d'une personne précise. Robert ne connaissait nulle "Dolorès" et c'est uniquement la musique du  mot, comme pour tous les autres "Poèmes venus d'ailleurs", qui a déterminé le texte obtenu.

 

    En voici deux autres, pour lesquels je conserverai la discrétion exigée.

 

Mandragore ignifuge, ô toi mes grands voyages...

«iberna»1 de l'allée ; vagabonds de là-bas...

couche tes horizons pour faire mes images,

haleine en fleur d'azur ; mes jardins de là-bas...

éparpille au sommeil au bord du jour qui vient

le pas de tes oiseaux ; mes chemins de forêt...

île en rouge où je meurs sous le ciel de mes chiens,

nymphe aux ombres  marbrées ; mon hiver décoré !

écoute au fil du soir le message éolien...

 

----------------------------------------------------------------------------------

 

Aurore en sables fin, d'étoile, haut luminaire ;

nu d'écaille au matin, réveil ; ma vagabonde...

desseins de marbre au fil, au mythe, à l'éphémère ;

rive oblique à la nuit... berceuse à l'autre monde...

éloignons nos objets, nos chats diamantifères,

et tout ce qui machine (en douce) au «multimonde»...

 

Robert Bichet © Editions Saint-Germain-des-Prés

1 Iberna est le titre d'une des Altitudes (tirées du recueil Triptyque) : poème particulièrement désespéré écrit dans l'allée de Bracieux.

 

     Les Poèmes venus d'ailleurs sont au nombre de six, comme les Altitudes ; leur inspiration part de la rêverie quotidienne (pour le premier) jusqu'à la contemplation la plus mystique (pour le dernier, précisément celui que j'ai nommé « Dolorès » et dont le lien est ci-dessus). Seul l'un d'eux s'adresse à une personne connue : « Martine » ; allez savoir pourquoi...


Poèmes venus d'ailleurs (2)

 

Robert Bichet © Editions Saint-Germain-des-Prés

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Poésie - dédicaces
commenter cet article

commentaires

marlou 13/12/2010 04:20


Je commence à comprendre cet art venu d'ailleurs...C'est beau.


Martine Maillard 13/12/2010 09:45



Merci, Marlou. Bises !



arielle 08/12/2010 14:14


Quelle bonne idée d'être venu visiter mon blog. J'ai ainsi l'occasion de découvrir un personnage qui colle exactement à ma vision des choses.

à mon tour d'acrosticher ! :

Sacré loustic cet acrostiche !


Lire
Un poème
Ne nuit à personne.
Ivresse des mots
Versets costauds
Eternelle sensation…..
Rêvez !
Souriez !

D’ores et déjà
Accrochés à l’acrostiche
Riez !
Inventez !
Et vous serez transportés
Là ou seul
Le cœur murmure.
Entrez dans mon univers……


bon ap midi
arielle


Robert 08/12/2010 14:49



Moi qui suis musicien j'apprécie tes assonances ... !



Alexandre 08/12/2010 14:06


Très beau parcours artistique. Je te félicite


Robert 08/12/2010 14:53



Merci, Alexandre ! Mais je n'ai pas fini, mon plaisir est de faire en sorte que tous puissent aussi s'exprimer par l'art...



Rotinat 07/12/2010 20:30


Qu'est-ce que tes articles sont bien écrits!On croirait presque lire un roman...on attends avec impatience le prochain "chapitre"!L'analyse des desseins est très sympa.
marino


Martine Maillard 07/12/2010 21:05



Merci Marino. Tu me fais bien plaisir !



Viviane 07/12/2010 14:15


Un grand lyrisme dans ces vers, j'aime beaucoup le côté bijou précieux et les sensations très fortes, lumineuses, colorées, que provoque cet agencement de mots très recherché, un peu comme un
tableau de la Renaissance.


Martine Maillard 07/12/2010 16:50



Merci Viviane ; avec notre fille Morgane vous êtes les deux "fées" visiteuses du blog ! Et cette relation avec un tableau de la Renaissance correspond en effet avec l'extrême soin que Robert a
apporté à la facture de ces poèmes.



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).