Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 23:00

 

RBichet déc08 07Robert Bichet dans sa maison de Condé en décembre 2008 (Photo Nouvelle République)

 

        Robert Bichet, aujourd'hui retraité des fonctions de direction au Conservatoire Municipal d'Issoudun, est un artiste atypique, multiforme, et comme il aime à le dire lui-même avec sa bonne humeur habituelle : "sauvage" !

      Né en juillet 1947 à Bracieux, dans le Loir et Cher (à proximité du parc de Chambord en pleine forêt Solognote), ce fut déjà un miraculé dès la naissance : sa mère ne devait pas avoir d'enfant, cependant il s'annonça ; il naquit prématurément après 6 mois de gestation dans la maison familiale, aucune couveuse n'étant disponible dans la région suite à la débâcle de l'après-guerre ; et malgré ses trois livres de poids seulement, il survécut enveloppé dans du coton cardé grâce à la canicule qui sévit cet été-là. Atteint de convulsions à l'automne, il fut laissé pour mort par le médecin et fut ondoyé ; mais le lendemain matin, sa mère ayant exigé une nouvelle piqûre, il vivait de nouveau à la grande stupéfaction du médecin qui s'avoua « converti ».

 

Le Relais de Bracieux

Le Relais de Bracieux

 

      Très fragile dans son enfance (son nerf optique resta d'ailleurs atrophié,) il vécut protégé dans la maison paternelle - une auberge dont les spécialités dans le domaine du gibier allaient en faire l'une des premières tables du pays blésois - jusqu'à l'âge de sept ans : cette période nourrit abondamment son imaginaire d'un attachement indéfectible à la nature et à la terre solognote, transposée aujourd'hui dans le Berry où il habite. Malheureusement, dès qu'il fut en état de le supporter, son père le plaça dans une pension dont il avait entendu dire grand bien, mais fort éloignée : à Vendôme. Ce fut pour le jeune Robert une rupture effrayante qu'il vécut comme une mise au bagne : et en effet, dans cette pension qu'il ne quittait qu'une fois par mois, il fut horriblement malheureux car nul ne comprenait son caractère rêveur et particulièrement original.

Robert Bichet étudiant dans sa chambre du Relais

  Robert Bichet adolescent dans sa chambre au Relais. Derrière lui, deux tableaux de sa composition

 

      Heureusement pour lui il poursuivit ses études à Tours, et put bientôt exiger de son père d'entrer au Conservatoire de cette ville. Sa fréquentation chaque été des clients fortunés reçus par ses parents dans leur auberge ("Le Relais" de Bracieux, une étoile Michelin pour la cuisine, avec une diligence devant la porte qui roulait encore parfois pour conduire les clients jusqu'à Chambord) lui avait donné le goût des arts, de la peinture, de la musique et de la poésie ; et un professeur de l'Institution "Notre-Dame-la Riche" à Tours, l'abbé Lucien Drouglazet, encouragea cette passion en l'inscrivant dans une bonne chorale.

      Son premier piano lui fut offert par une des clientes, et sa première "vente-dédicace" d'un ouvrage poétique (Triptyque, paru aux éditions Millas-Martin en 1970) fut organisée par son père au Château de Villesavin près de Bracieux en présence de l'actrice Madeleine Sologne qui en avait composé la préface.    La-diligence-de-Bracieux.jpgMême l'éditeur de cartes postales avait croqué la diligence du"Relais" de Bracieux, un jour de sortie où les aubergistes avaient loué des chevaux et des costumes. Sur la droite de l'image on peut voir les parents de l'artiste, et derrière eux Robert et sa soeur Joëlle (l'image peut être agrandie).  

 Vernissage d'une exposition de Pierre Dupas      Le peintre Pierre Dupas, que l'on voit ici au fond parmi ses oeuvres lors d'une exposition au château de Villesavin, fut l'initiateur de Robert Bichet en matière de peinture et de musique. En effet il peignait toujours en musique, particulièrement en compagnie d'oeuvres de Gabriel Fauré. Au premier plan la Comtesse de Sparre, maîtresse des lieux.

 

Portrait de Robert par Dupas

Portrait du jeune Robert réalisé par Pierre Dupas.

La chambre de Robert au Relais (2)Robert, inscrit au Conservatoire de Tours dans la classe de Gilbert Flory, travaille ici son hautbois en compagnie d'un client de ses parents, M. Jacques Anquetil, qui était violoniste. On retrouve le décor de sa chambre de jeune homme, avec un chandelier et au mur ses propres tableaux.

 

Expansion d'AmourSa première publication, un peu naïve mais absolument remarquable quant au travail d'édition entièrement réalisé sur papier d'emballage marron, avec des illustrations d'encres (1967)

TriptyqueTriptyque, le premier grand saut vers la prise de conscience d'être avant tout un poète et un créateur.

 

 

A suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Russalka 08/10/2010 09:12


Chouette cette mise en ligne d'une biographie vivante. je garde le lien dans mes favoris.


Martine Maillard 08/10/2010 14:25



Merci Viviane. Je fais de même ici pour toi. Tu as vu, j'avais mis les articles dans l'ordre chronologique ; il y en a donc de plus récents plus loin. C'est mieux pour une biographie.
Mais je crois que je vais encore modifier la présentation (seulement il faut beaucoup d'articles pour ça !) : avec la disposition des articles présentés par extraits on a un rapide coup d'oeil
sur l'ordre de lecture, et de plus quand on clique sur l'article pour le lire, ça permet de ne pas recconduire la "présentation" qui n'a pas besoin d'être présente à chaque fois.


Cependant je suis tellement prise par tout ça que j'en deviens un zombie, et je crois que je vais prendre un peu mon temps pendant qu'il fait beau avant de continuer. Je voudrais aussi
scinder l'article "animations de l'été" en plusieurs : le salon, les expos, les soirées poétiques... Ce serait mieux, et j'y ajouterais des photos.


Ce qui vaut le coup dans mon dernier article (biographie 2, c'est qu'il y a un peu de musique en bas.



Crépusculine 05/10/2010 17:57


Biographie très détaillée, où l'on sent la passion de l'artiste très tôt, et des photos sympas pour illustrer, excellent la calèche ou la diligence, je me sauve doucement pour ne pas déranger
l'auteur dans sa rêverie


Martine Maillard 05/10/2010 19:48



Comme tu dis... Mais tu sais, s'il te voit, il ne te laissera pas partir comme ça ! En effet, l'une de ces devises est (empruntée à ? Sacha Guitry ??) : "Je donnerais tout pour une conversation"
!



Jean-Louis GAYOU 04/10/2010 23:04


Bravo Martine pour ce blog esthétique, et bien documenté.
J'attends la suite avec impatience.
Un grand coup de chapeau à Robert.


Martine Maillard 04/10/2010 23:38



Merci Jean-Louis, c'est gentil d'être revenu !



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).