Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 00:00

        Robert Bichet, de plus en plus attaché à la terre berrichonne qui a pris dans son coeur la place de sa Sologne natale, prépare pour la grande aventure du millenium une oeuvre musicale intitulée Berry, Terre d'Inspiration.

Marie-Helene---Robert.jpgRobert et Marie-Hélène à Condé

         Simultanément, alors qu'il a organisé pour ses 50 ans une grande fête campagnarde dans sa maison de Condé, sa vie vient de brusquement changer : il divorce de son épouse, Martine Maillard (juin 2001), et trouve en Marie-Hélène M.-T. une nouvelle compagne précieuse et attentive. On peut lire dans la dernière partie de Parcours Secret derrière Orion (plaquette de poésie publiée en 1997 par les éditions Issoldunoises François Villon), l'Eternel Départ, un poème écrit à son intention :

Tu fais de la vie
Belle
ce grand brasier d'étoiles
où chantent
où s'émerveillent
les rêves les plus fous,
les mondes les plus secrets
les plus lointains voyages (...)

© Editions François Villon, sept. 1997


    
Le 26 mai 2000 a lieu au Centre Culturel Albert Camus d'Issoudun la création de Berry, Terre d'Inspiration, qui inclut l'audition d'un poème de Martine Maillard (en ouverture de l'oeuvre) à côté de celui de même titre du compositeur (en filigrane durant toute l'oeuvre, puis clairement énoncé à la fin), ainsi qu'auprès d'une bande électroacoustique et d'une bande de sons enregistrés l'apparition des vielles et des cornemuses berrichonnes. Enseignés depuis plusieurs années au Conservatoire Municipal, ces instruments ont séduit Robert Bichet, qui ressent profondément leur correspondance avec la nature et avec la terre dont ils sont issus.

      Ce sera l'oeuvre la plus importante qu'il aura composée depuis les Trois Métamorphoses du Rêve puisqu'elle dure plus de 45 minutes. Outre les éléments déjà cités, elle requiert un orchestre très vaste, composé notamment de guitares, mais aussi de percussions extrêmement variées  (douze enclumes, une cloche d'église, des éolyres...), d'un intervenant d'origine créole qui manie le didjeridoo et le djembé, sans parler des choeurs qui, tantôt parlés tantôt chantés, se munissent également d'objets sonores (appeaux, coquilles Saint-Jacques, boîtes de conserve...). Robert la dédicacera à André Laignel, son cinquième Père Spirituel  comme il aime lui-même à le désigner.

         Le poème correspondant, publié en 2009 par les éditions Caractères dans le recueil Là-bas sont tous les rêves exprime l'universalité de la Terre Berrichonne en ces termes :

 La mer est un désert
où les bateaux s'enlisent
trois par trois

Ma Bretagne berrichonne
tu portes en ton sein
mes voyages les plus intimes :
Gardaïa, Timimoun, El Goléa...
De tes terres rouges ensoleillées
ressurgissent l'Afrique noire,
la Guyane, toute l'Algérie...  (...)

© Editions Caractères, déc. 2009

 

     En février 2000, Robert a la douleur, après le décès de sa soeur cadette Joëlle intervenu en 1988, de perdre sa mère, Fernande-Gaud Bichet, artiste peintre dont il s'est toujours senti très proche. C'est pour lui  rendre hommage qu'il composera, en 2001, une pièce intitulée  Soleil Couchant. Commandée pour orchestre d'harmonie par Frédéric Langé (professeur de saxophone), elle est destinée à être travaillée lors du stage d'été de l'Académie musicale du Cher et sera exécutée et enregistrée à cette occasion l'été 2001.

Fernande-Bichet.jpgFernande-Gaud Bichet

    C'est hélas le commencement d'une "série noire" pour le compositeur, puisqu'il perdra successivement en septembre 2003 sa compagne Marie-Hélène (qui souffrait de graves problèmes de santé) , puis en juillet 2005 son père Gaston Bichet .

      Cependant dans l'immédiat la disparition de Fernande Bichet conduisit Gaston, désemparé, à se rapprocher de son fils et à lui offrir de l'accompagner dans de nombreux voyages autour du monde : il lui permit ainsi de visiter le grand Ouest américain, puis l'Egypte en croisière sur le Nil, l'île de la Réunion avec l'île Maurice, et enfin Rome et l'Italie. 

         Malheureusement en août 2003 Marie-Hélène est hospitalisée pour un infarctus et s'éteint un mois plus tard à Condé, ayant refusé son placement en maison de repos. C'est alors que, désespéré, il conçoit toute une série de dessins intitulés Mutation-Galaxie. Ils seront le point de départ d'un nouveau projet destiné à dépasser la souffrance, la création d'une nouvelle oeuvre musicale.

       Celle-ci, appelée également Mutation-Galaxie et dédiée à Marie-Hélène, sera longuement élaborée durant tout l'hiver 2003-2004 et expose une nouvelle philosophie de la vie en trois points (qui seront développés dans les trois volets de l'oeuvre) :

           1 - Ressentir une souffrance : c'est le chaos (ou, dira-t-il dans cette oeuvre : "la caverne de Platon", c'est-à-dire le monde des apparences, la vie vécue au "premier degré"). 

           2 - De cette souffrance, tenter de tirer un élément positif (une leçon de vie, un projet créatif) : c'est l'espace transformé (soit : sortir de la caverne, s'efforcer de s'abstraire des apparences pour découvrir ce qu'elles cachent).

            3 - Transcender alors la souffrance en prenant appui sur l'élément positif déterminé : c'est l'éternel départ.

     Le concert, donné le 1er juin 2004 au Centre Albert Camus d'Issoudun et accompagné d'une exposition des dessins correspondants,  fut accessible au public contre un droit d'entrée de 3€ qui fut intégralement reversé aux Handicapés de France : en effet, Marie-Hélène avait passé les dernières années de son existence dans une chaise roulante.

Mutation-Galaxie juin 2004

La création de Mutation-Galaxie le 1er juin 2004

     Plus que jamais, Robert ressent la nécessité dans cette vie d'être un artiste et de créer afin d'exorciser la douleur, et c'est avec une conviction de plus en plus intense qu'il y pousse son entourage du Conservatoire : depuis quelque temps lors des auditions des différentes classes - notamment celle de piano - les élèves et les professeurs exécutent parmi d'autres des oeuvres de leur composition.

 

      En juillet 2005 tandis qu'il raccompagne son père en Touraine, celui-ci s'engage sur un carrefour sans apercevoir, dans l'ombre du matin, une voiture folle lancée vers lui... Percutée de plein fouet par la gauche, la petite Golf  de Gaston Bichet fait plusieurs tonneaux avant de s'immobiliser sur le flanc de l'autre côté de la chaussée, et Robert a juste le temps de réaliser que son père a été tué sur le coup. Suspendu par sa ceinture de sécurité, il souffre horriblement de longues heures en attendant les secours, mais affirme avoir vu son père  monter vers la lumière, puis revenir aussitôt à ses côtés pour l'assister.

Gaston BichetGaston Bichet

      Une longue hospitalisation, puis quelques mois de rééducation dans le service spécialisé de hôpital d'Issoudun dont il avait quelques années plus tôt célébré l'inauguration lui permettront de passer en douceur ces moments terribles. Il se sentit soutenu par la gentillesse des soignants et voulut croire au bonheur qu'avaient eu ses parents de se retrouver dans l'au-delà.

 

      Sans cesser d'exposer ici ou là, Robert Bichet prépare la grande oeuvre qu'il dédiera à son père disparu. Mais en 2007, c'est une nouvelle mouture de Point Migration (écrit initialement en 1991 à l'occasion d'un hommage à Arthur Rimbaud) qu'il donne à entendre lors du Concert de fin d'année du Conservatoire : conçue à partir d'un extrait de la Lettre du Voyant, l'oeuvre est cette fois écrite pour orchestre, ondes Martenot, percussions et bande de sons enregistrés.

Point-Migration.jpgPoint Migration, soirée de l'annonce du départ en retraite

      ...Et simultanément, ce à quoi personne ne s'attendait, il annonce son départ à la retraite pour le mois de septembre suivant : en effet, 2007 est l'année de ses 60 ans. Souhaite-t-il ne pas perdre une occasion de partir alors que la possibilité semble devoir s'en amenuiser année après année ? C'est ce qu'il affirme, mais il éprouve aussi le besoin de se plonger plus totalement dans la création, la gestion de l'Ecole de Musique devenant chaque jour plus lourde et plus complexe. 

      Pourtant, hors de question pour lui d'abandonner le Conservatoire et ceux qui le fréquentent : non content de s'inscrire lui-même en tant qu'élève dans la classe de jazz, il se met à animer des ateliers d'initiation à la musique contemporaine pour adultes, et dans un autre cadre mais sur le lieu même de la "Boîte à Musique", donne des cycles de conférences ouvertes à tous.

Andre-Laignel-et-Robert-Bichet.jpg

A l'occasion de son départ en retraite, André Laignel félicite Robert Bichet.

        La grande oeuvre prévue pour Gaston Bichet, Là-bas sont tous les rêves..., sera jouée en juin 2009 avec le compositeur cette fois au cor anglais - son instrument - tandis que Frédéric Langé, déjà bien habitué à la musique de son ancien directeur, en assurera la direction. 

La-bas-sont-tous-les-reves-juin09.JPG

Là-bas sont tous les rêves..., juin 2009

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

BRAUD 13/02/2011 09:56


Deux etres, deux coeurs qui battaient a l unison, mais la dame noire de la mort les a séparés, lui a partir de ce moment nous a comblé par encore plus de son art et ses connaissances. bRAVO ROBERT
tu nous enchantes et nous fait rever ub grand MERCI


Martine Maillard 13/02/2011 10:03



Merci, "Braud" !



Viviane 13/02/2011 09:31


C'est vraiment une belle vie en train de s'accomplir que tu nous offres là, bien remplie et dense...


Martine Maillard 13/02/2011 10:00



Oui, remplie ça c'est certain ! Et il est toujours  impressionnant de faire des raccourcis comme là.



sylviane 12/02/2011 04:28


super cette biographie! félicitation!
on ne s'en rend pas compte quand on le vit au jour le jour mais, c'est fou tout ce qu'il fait, en fait!


Martine Maillard 12/02/2011 09:57



Merci, Sylviane ! Ce n'est pas évident à mettre en place. Même pour sa propre vie il y a des tas de choses que l'on oublie. Et j'ai cherché des illustrations... Cela a donc été laborieux ! Mais
Robert m'a bien aidée heureusement.



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).