Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 15:33

Conference-1er-fevrier-01.jpg

 

    Depuis le 4 janvier a débuté le cycle de conférences cuvée 2011(1). Et malgré le froid ambiant, on aime à venir s'y réchauffer à la personnalité chaleureuse de Robert Bichet, et à la douceur toujours accueillante de la musique qu'il y propose.

    En effet, en grand amoureux qu'il est de la musique du XXe siècle il met un point d'honneur à l'offrir de la manière la plus agréable possible à son public, qu'il  considère toujours a priori comme profane en la matière.

    D'ailleurs ne le remercie-t-il pas lui-même, ce public, pour lui apporter la possibilité, à travers la préparation de ces conférences auxquelles avoue-t-il il passe de plus en plus de temps, de découvrir lui-même des pans entiers de la personnalité de certains auteurs qu'il n'avait pas encore décelées auparavant ? Dans cette musique qui est mouvance perpétuelle, toujours de nouveaux enregistrements apparaissent, ouvrant des brèches sur des oeuvres méconnues, dont il s'empare avec la joie du jeune enfant pour en extraire les plus jolis passages à l'intention de ses auditeurs.

 

Stravinsky-Picasso.jpg

Portrait de Stravinsky par Picasso.

 

    Après une évocation d'Igor Stravinsky durant laquelle il s'appliqua essentiellement à montrer du grand musicien russe l'extraordinaire richesse de son orchestration (à travers les ballets) et son désir de se rapprocher d'une musique populaire (musiques dans l'esprit du jazz et Histoire du Soldat), il traçait hier soir le portrait d'un Martinu timide et souriant auquel nous n'avons pas forcément été habitués.

 

bohuslav martinu

    Bohuslav Martinu

 

     Après de longs extraits d'oeuvres de musique de chambre - merveilles de douceur et de chatoiement qui sont en général moins bien connues -, il évoqua la musique de scène et garda pour la fin les grandes oeuvres plus célèbres que sont les symphonies et "Les fresques de Piero della Francesca". 

     Il s'attarda particulièrement sur le magnifique Largo de la 1ère symphonie dont Charles Münch était paraît-il un fervent admirateur, et qui reflète le désastre de l'occupation nazie.

 

Largo de la 1ère symphonie de Martinu (3e mvt)- extrait.
Orchestre Philharmonique Tchèque sous la direction de Václav Neumann.

 

     Les conférences à venir traiteront de sujets plus généraux : la prochaine, prévue pour  le 1er mars, évoquera les musiciens américains actuels, notamment Steve Reich et John Adams.

 

(1) -  Voir ici le détail du programme.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Cours - conférences
commenter cet article

commentaires

marlou 05/02/2011 12:58


Quel mérite, toute cette patience du passionné de musique
pour partager ses joies avec les autres !


Martine Maillard 05/02/2011 13:02



Merci Marlou !



Viviane 04/02/2011 09:27


Un commentaire qui ne serait que pommade ne serait plus un commentaire, au contraire, j'adore tes lectures toujours pertinentes et sincères c'est si rare...


Martine Maillard 04/02/2011 10:24



Merci :))



Viviane 04/02/2011 08:51


J'aime beaucoup martinu, mais comme tu le dis si bien, quand un auteur même rébarbatif est présenté avec amitié, le partage se fait plus aisément. Je reveindrai avec plaisir écouter les américains,
car il manque de spans entiers à ma culture musicale très très classique et parfois un peu trop oublieuse des grands contemporains; mais je dois dire que les examen de fin d'année pour mes
pianistes pendant trente ans ( auxquels je donnais des cours l'année de leur bac musique car il n'y avait aps de prof sur langon et qu'ils passaient en candidats libres) m'a tout de même obligée ,
via les programmes du bac justement, à aller vers ces compositeurs et parfois, parfois, j'ai trouvé cela sympa...


Martine Maillard 04/02/2011 09:02



J'ai fait cet article pour relancer un peu ce blog, mais il n'est pas certain que je fasse ici un rapport de chaque conférence. Il faudrait plutôt que je me réattelle à l'étude des oeuvres
existantes de Robert... Par contre je peux les évoquer sur le mien ?


Au contraire, ta culture musicale est très intéressante, car tu m'apprends à ton tour des tas de choses ; je m'excuse d'ailleurs d'avoir tant tergiversé sur ton dernier article concernant les
concertos pour violon de Bach. L'interprétation est tout de même superbe. On ne peut tout connaître correctement, il est inévitable de se spécialiser !



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).