Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 22:37

 

Triptyque-mai70--1-.jpg

 

      Quelques mois avant la parution de Triptyque, Robert avait eu la chance d'être invité à jouer du hautbois lors du lancement des Bonbons "Blachat" au château de Villesavin situé à deux kilomètres du Relais de Bracieux, et il se trouva tout naturellement confronté à l'actrice Madeleine Sologne qui, originaire de la région et s'y s'étant retirée après sa carrière cinématographique, en avait été désignée la marraine.

     L'échange qu'il eut avec l'héroïne de l'Eternel Retour, film qui l'avait profondément marqué, fut déterminant et conduisit celle-ci à lui offrir sa plume pour la préface de son livre (voir ici).

Madeleine-Sologne.jpg

Madeleine Sologne dans l'Eternel Retour

     C'est de nouveau à Villesavin, dont les propriétaires étaient des amis de la famille, qu'eut lieu la vente-dédicace accompagnée d'un somptueux buffet préparé par le Chef Gaston Bichet.

Triptyque-mai70--2-.jpg

  Robert dédicaçant sa plaquette

     Mais passons à la dernière partie de cet ouvrage, sans doute la plus intéressante et la plus construite :

 

Douze Paraboles pour une Jeune Fille

 

    C'est peut-être à l'instar d'Olivier Messiaen dont il écoute en boucle la Turangalîla Symphonie ou les Poèmes pour Mi que Robert décide pour la dernière partie de son recueil d'un titre presque "biblique" et d'une structure complexe dont il se plaît à détailler la signification  en début de chapitre. Citons-le :

«   Il s'agit d'un cycle de 12 poèmes (rappel du nombre des signes du zodiaque) divisé en 2 volets distincts de 6 poèmes : Partout et Ailleurs (symbole du couple).

     Ces 12 paraboles sont ordonnées d'une façon toute particulière :

- Un poème indépendant,

- Un poème s'enchaînant au suivant,

- Un  poème indépendant,

- Un poème s'enchaînant au suivant,

etc...

   Ainsi j'ai voulu obtenir une totalité de 4 poèmes indépendants (symbole des quatre saisons) et une totalité de 8 poèmes enchaînés de deux en deux (symbole de quatre couples, un couple par saison).

    De plus j'ai tenu à placer le poème "Parabole des huit après-midi" (8 : symbole de l'homme) le 4e du premier volet et le poème "Parabole des quatre nuits" (4 : symbole de la femme) le 4e du second volet, la valeur nominale de l'addition de ces deux poèmes formant le symbole du cycle lui-même (8+4=12). »

      Notons également que les "signes conventionnels" (voir l'article précédent) réalisés avec la ponctuation sont toujours utilisés ici, de même que la disposition des vers sur la page et à travers les pages.

 

     A titre d'exemple, voici la Parabole des Ombres Chinoises, 2e de la première partie "Partout", et devant donc s'enchaîner avec la 3e (Parabole des Petites Filles de France).

[NB : Comme dans l'article précédent pour l'extrait cité des "Altitudes", les pointillés indiquent le passage à la page suivante.]

 

« PARABOLE DES OMBRES CHINOISES »

 

La lumière pleure,

Le soleil se renverse sur l'étoile ;

 

On marche un peu partout...

On fait un grand voyage...

 

*
*      *

(   - La girafe grimpe sur le mur ;

)   Elle accroche son manteau d'arlequin...

 

)   Le chat s'endort...

 

)   La grenouille se noie

(   Sous la table...

 

(   « Autruche ;

)   Tu cours comme un petit canard... »

 

)   L'oiseau emporte ses pattes

(   Un peu plus loin !...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

(   Angoisse ;

)   O ma tristesse vertigineuse...

(   Cent mille doigts

)   Se blottissent

(   Dans le sable...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

(   Ivresse ;

)   La valse emporte ton rêve...

(   Tu danses un peu partout,

)   Ta main caresse

(   Le lampadaire...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

Le pied s'allonge

Le chandelier conduit ta main...

On se perd

Dans la forêt...

Dans la fontaine...

Dans le gouffre...

Dans le village...

 

  Et c'est ainsi que tout naturellement cette parabole s'enchaîne à la suivante : celle des "Petites Filles de France" qui bien sûr jouent dans le village.

 

    Chaque titre de partie ("Partout" et "Ailleurs") est accompagnée d'un commentaire ; apprécions le second :

AILLEURS

La pendule fume les heures

comme une vieille artiste

qui a de l'expérience...

 

  Et pour terminer cette présentation, je vous propose la Parabole de la Maison Lointaine, 3e de cette seconde série et donc enchaînée avec la précédente, la Parabole de l'Attente.

 

« PARABOLE DE LA MAISON LOINTAINE »

ou

(Mon minuit à moi)

 

Minuit !

 

« La lucarne

Jette son oeil

Sur la table »

 

On allume une étoile

On raconte des histoires...

(C'est l'heure de la veillée)

 

---------------------------------------------------------------------------------

 

(    « Glycine

)    Aux doigts

(    Paisibles ;

)    Tu poses

(    Tes rêves

)    En grappe

(    Sur le

)    Sentier »...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

O j'ai du « vague »

A l'âme...

L'orage n'est pas encore tombé,

J'évente ma solitude...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

La fenêtre s'ouvre,

La main s'échappe...

 

(    « Ombres chinoises

)    Vous courez

(     Dans le sable

)    Comme autrefois

(    Lorsque j'étais

)    Petit enfant »...

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

Une fenêtre s'est ouverte

Là-bas

(Comme autrefois)

 

Une femme est sortie,

Une femme est entrée... ;

 

Et ;

Tout a commencé

(Comme autrefois) !...

Robert Bichet ©Les Paragraphes Littéraires de Paris

Maison-abandonnee.jpgMaison abandonnée en Berry - Photo ancienne de Robert Bichet

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Poésie - dédicaces
commenter cet article

commentaires

Morgane 07/12/2010 16:08


J'aime beaucoup l'ambiance de " Mes saisons de Bracieux " où le rêve se confond à la réalité dans une grande contemplation ... J'aime ces images pleines d'émotions qui s'accordent les unes aux
autres dans un rythme aérien et nous transporte dans le monde de l'inconscient.
Je découvre avec bonheur " Triptyque " qui est je trouve dans le même esprit : Farandoles d'images fortes et la magie de la ponctuation qui favorise l'imagination et ajoute une sphère sacrée...
Merci de nous faire découvrir et de faire vivre ces belles pensées poétiques.


Martine Maillard 07/12/2010 16:33



Merci Morgane, tu es la première (à  part Viviane ! Vive les fées !) à venir mettre un commentaire sur ce  blog depuis bien longtemps...


Robert le signale à ses amis mais par un effet pervers de Google tout le monde atterrit sur mon blog et c'est moi qui hérite des commentaires !!



Viviane 25/11/2010 09:53


Une très grande légèreté dans ces vers, et que de travail on perçoit derrière pour atteindre cette épure...


Martine Maillard 25/11/2010 11:13



Merci de ta présence et de ton attention, Viviane. Oui, les vers se soumettent eux aussi à la loi d'organisation des dessins : ces visions fugitives à demi rêvées.



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).