Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 21:08

 

      Les "Neuf espaces sonores" pour orchestre et bande de sons enregistrés furent composés en 1986 pour l'inauguration de l'Ensemble de Loisirs sportifs d'Issoudun, ou plus exactement de sa piscine couverte.

      Édifiée comme un vaisseau qui sortirait d'une fente de rocher avec quelques colonnades à l'arrière, cette piscine au bassin élargi en trèfle et équipée d'un moteur à vagues, d'un toboggan géant (comportant une partie extérieure) et d'une gigantesque chute d'eau méritait bien une oeuvre musicale.

  Issoudun-piscine-01.jpg

L'ELS (Ensemble de Loisirs Sportifs) d'Issoudun, entrée principale

       Celle-ci d'ailleurs n'était pas censée s'exécuter seule, car les maîtres nageurs avaient pour l'occasion imaginé un petit spectacle nautique. Robert Bichet se trouvait donc à la tête d'un véritable programme, avec une histoire en toile de fond et un plan préétabli de neuf parties correspondant à diverses activités exécutées en démonstration. C'était à la fois un challenge puisqu'il dut reprendre plusieurs fois sa partition afin de satisfaire aux effets recherchés, et une chance car l'inspiration lui était soufflée à chaque instant, lui permettant de créer une de ses oeuvres les plus variées et les plus expressives.

 

Issoudun-piscine-04.jpg

La piscine, vue générale depuis la Cafétéria : à gauche, le petit toboggan ; à droite, le plongeoir. Au fond à droite, la montée vers le toboggan géant dont on voit l'arrivée en face, sous l'arcade dont à certaines heures seulement coule la cascade.

 

     1 - Une introduction intitulée La Naissance du Monde permettait de faire découvrir au public, installé sur des gradins descendant de la Cafétéria, différents aspects du grand bassin et des petits qui l'entourent, grâce à un éclairage progressif mais ciblé de la salle initialement plongée dans l'obscurité.

      En voici un extrait, où l'on retrouve l'Onde Martenot particulièrement expressive de Francesca Paderni. Bien sûr l'orchestre est formé des professeurs et des élèves du Conservatoire Municipal de musique d'Issoudun (souffrant particulièrement de l'humidité, de la chaleur et de l'obscurité régnant dans la pièce puisqu'ils étaient disposés sur la droite,à côté du bassin), sous la direction de Robert Bichet.

    L'enregistrement est dû aux techniciens du Centre Culturel Albert Camus d'Issoudun, où l'oeuvre a été rejouée plusieurs fois, notamment une fois en faveur de la Croix Rouge.


 

       2 - La seconde partie, intitulée La Cascade, était destinée à mettre en valeur la grande chute d'eau visible au fond de la pièce en suggérant l'apparition de l'eau qui donne la vie. Le début de cet épisode, particulièrement solennel, est en ligne sur ce blog dans la colonne de droite (Un extrait musical). Le revoici.


 

      Et voici à présent un autre passage, dans lequel grâce à une bande de sons enregistrés s'ajoutent des chants d'oiseaux pour évoquer un univers paradisiaque et luxuriant.



          3- A partir du 3e épisode, Naissance des enfants, apparaissent les petits d'une classe de maternelle de la ville, qui ont été entraînés à certains mouvements et notamment à la manipulation d'objets sonores (que l'on entend malheureusement peu dans l'enregistrement). Pour traduire cette éclosion, une musique très rythmique et beaucoup de percussions, auxquelles s'ajoutent des coups portés sur la tranche des gongs ce qui donne un bruit sec et très métallique, et en plus doux, les cordes du piano à queue  caressées par des mailloches enrobées de feutre.

   
       4 - Juste après cela, nous assistons à la transformation de ces enfants en adultes (Les enfants grandissent) ce qui va leur permettre de se livrer à quelques acrobaties aquatiques. C'est à la fin de cet épisode que Robert Bichet dut reprendre plusieurs fois sa copie pour évoquer pleinement le "coucher de soleil" vers lequel ils étaient censés glisser sur un radeau... 

 

       5 - Viennent quelques démonstrations : avec Le Plongeoir, la lumière est braquée sur la mince planche flexible où tour à tour les figurants viennent exécuter leur saut. La musique reflète l'eau miroitante dans laquelle se dessinent des cercles concentriques...

 

plongeon.jpg

      6 - De mieux en mieux... Le Toboggan est plus inspirant, offrant à l'onde martenot l'occasion de jouer les toupies, tandis qu'un large coup de gong ponctue le moment précis où l'exécutant touche l'eau ! Robert Bichet, armé d'un miroir en guise de rétroviseur, était invité à faire signe au gong à l'instant fatidique : tout un programme !

 

Toboggan

        7 - Mais le 7e épisode renvoie notre compositeur à son lyrisme naturel. En effet, intitulé Miracle, il évoque une pratique courante dans les piscines, celle d'utiliser un tapis flottant. Cependant, par les jeux de lumières, ce tapis reste caché, et les nageurs veulent donner l'impression qu'ils essaient de marcher sur l'eau... Ce que bien sûr dans un premier temps ils ne réussissent pas.

 

       Et soudain, le "miracle" a lieu... Nul besoin d'insister cette fois pour que la musique s'en fasse la vibrante interprète...

 
tapis-de-piscine02.jpg
        8 - Mais il manquerait quelque chose d'essentiel s'il n'y avait la démonstration des vagues ! Aussi un épisode est-il prévu à cet effet, sans figurants et sous des lumières sombres, intitulé La Colère de Poséidon. Pour donner le plus d'ampleur possible à cette tempête improvisée, Robert Bichet empruntera à l'instrumentarium Baschet ses jeux de "tôles".

 

        9 - Enfin le dernier épisode, intitulé Découverte, apporte un éclairage complet de toute la structure. Le compositeur, séduit par l'ampleur et l'esthétique du bâtiment, y glisse une de ces fins en apothéose dont il a le secret, sous l'aspect d'un choral où les instruments s'ajoutent peu à peu soutenus par des battements réguliers au piano, de plus en plus fort (ici à partir de la 75e sconde).

 

Issoudun-piscine-02.jpg

La piscine d'Issoudun côté solarium, avec les douves qui l'entourent et le grand toboggan extérieur.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Maillard - dans Musique - concerts
commenter cet article

commentaires

marlou 08/02/2011 17:21


Prodigieusement doué,M.Robert Bichet. J'espère qu'il aura longtemps encore l'occasion de charmer ses semblables.
Amicalement.


Martine Maillard 08/02/2011 17:25



Merci Marlou. Oui, il est très doué et c'est un charmeur !!



Viviane 08/02/2011 09:41


hé bien j'adore, j'adore, j'adore cette musique!!! pour de la musique dite contemporaine, je la trouve très figuraliste, elle sait très bien créer des climats et atmosphères. Et c'est si éloigné
des trucs barbants que j'ai pu écouter à l'occasion que tu es en train de me convertir à cet univers... Je trouve dans l'épisode Poséidon des accents Stravinskyens.


Martine Maillard 08/02/2011 10:08



Robert est extrêmement sensible et ne supporte pas non plus les "trucs barbants" : c'est pour cela qu'il fait des conférences sur la musique du 20e siècle, pour montrer aux gens qu'il existe des
musiciens encore doués de sensibilité de nos jours. Mais - quoi que intéressé par le principe de la musique éclectroacoustique - tu ne le verras pas faire une conférence sur Pierre Henry, et
encore moins sur Xenakis, Ohana, ni même Boulez (qu'il respecte par ailleurs). Il sélectionne soigneusement ses cibles, aidé principalement par France Culture qu'il écoute toujours fidèlement.



Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).