Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 22:21

   Suite à l'article précédent, je vous propose un regard plus appuyé sur chacun des tableaux exposés... (Toutes les images ci-après peuvent être agrandies).

01---Accueil-Deols.JPG   Tout d'abord, approchons-nous du bureau d'accueil pour y lire la présentation de l'artiste.

02---Detail-accueil.JPG

   Nous découvrons sur le comptoir une liasse de feuillets pliés en deux et ornés de dessins originaux, parmi lesquels nous pouvons nous servir afin de suivre le fil conducteur de l'exposition et de connaître les noms des différentes oeuvres affichées.

00a---Guide-visite-exterieur.jpg

    Robert Bichet y a inséré comme à son habitude un paragraphe sur sa vision de l'Art. Le titre de l'exposition, "l'Eternel Départ", rappelle son goût pour le voyage, et sa manière optimiste d'envisager la vie comme un présent toujours neuf et riche d'avenirs. Malgré les "ruines" apparentes, ses dessins apparaissent (surtout les plus récents) comme remplis de forces explosives qui recréent de nouveaux espaces... et leur forme générale est souvent celle de navires bravant les flots.

00b---Guide-visite-interieur.jpg    Nous constatons que, comme toujours, c'est une exposition "non-vente" : en effet Robert Bichet n'accepte pas de se séparer de ses oeuvres, et consent uniquement à en faire cadeau à des amis à condition qu'ils les lui rendent pour ses expositions (c'est le cas par exemple de "Parcours secret" (le n° 5).

   Mais commençons notre visite, comme indiqué, par le Hall dans sa partie gauche.

03---Espaces-inaccessibles---1977.JPG1 - Espaces inaccessibles (1977)

     Robert était triste à cette époque. Il considérait la ville comme un lieu d'enfermement d'où l'on ne voyait les arbres que tronqués, à travers des fenêtres.

04---Le-chaos---1976.JPG

2 - Le chaos (1976)

    Sensiblement de la même époque, ce tableau montre la technique utilisée à l'origine, à partir de taches d'encre de chine étalées sur le papier d'où vont surgir les arbres qui cette fois poussent sous le béton, détruisant au passage la ville implantée.

05---Espaces-transformes---1983.JPG3 - Espaces Transformés (1983)

     Ici apparaît peu à peu l'usage de l'aquarelle, et tandis que la nature faisant exploser la ville reprend peu à peu ses droits (vous voyez à droite les tours de Notre-Dame de Paris), tandis que les arbres se coiffent des chapeaux des vieilles cheminées de campagne, surgissent des espaces d'évasion, à travers des cadres, sous les racines ou dans les branches...

06---L-eternel-depart---1984.jpg4 - L'éternel départ (1984)

   Voici le premier grand bateau fantastique transportant des villes entières, plus douces et plus accueillantes. L'usage de la couleur se généralise en taches moins sombres (ce dessin a été photographié hors exposition).

07b---Parcours-secret---1991.jpg5 - Parcours secret (1991)

    La technique a totalement basculé et s'est considérablement affinée. Muni de racines, cet univers en marche porte en lui tout un monde de paysages mystérieux dans lesquels se réfugier et se promener à loisir...

08---Parcours-secret-derriere-Orion---1991.jpg6 - Parcours secret derrière Orion (1991)

   Même atmosphère de mondes intérieurs enchevêtrés, encastrés cette fois dans la forme rectangulaire de la constellation d'Orion (photographie prise également hors exposition).

 

    Mais poursuivons notre visite en montant l'escalier, puisque c'est de l'étage que reprend la seconde partie de l'exposition. Il va s'agir maintenant de "Poèmes illustrés".

09---Robert-printemps.jpg7 - Printemps (2001)

    Il s'agit du premier des quatre poèmes ayant pour thème une saison. Et c'est volontairement que Robert Bichet l'a disposé ici à l'étage, pour bien montrer que la vie évolue comme une descente progressive vers l'hiver, ou la mort... Dans le dessin qui l'accompagne, les univers s'empilent les uns par-dessus les autres, tendant leurs doigts vers le ciel comme les branchages des arbres, alors qu'en bas, dans les racines, dorment des villages tranquilles.

10---L-enfant---2007.jpg8 - L'Enfant (2007)

   Juste à côté de "Printemps", "l'Enfant" souligne cette identité entre les saisons de l'année et celles de la vie. On remarque sous chaque poème un long commentaire : en effet, Robert Bichet ne peut dissocier les poèmes qu'il a écrits de l'atmosphère dans laquelle ils sont nés, et en inscrivant avec précision les circonstances de leur éclosion il en fait des clichés qui lui apporteront autant de chaleureux souvenirs lorsqu'il les relira dans sa vieillesse.

11---Ete---2001.jpg9 - Été (2001)

    Avec ce poème, l'atmosphère se durcit... Robert n'aime  pas l'été ! Peut-être cela vous surprend-il, mais si vous considérez l'enfance qu'il a vécue, vous comprendrez mieux : jamais il n'a connu de vacances en famille ; jusqu'à dix ans c'était, après des mois de pension éloigné des siens, l'envoi en colonie de vacances qui perpétuait son sentiment d'isolement et d'abandon ; à partir de dix ans ce fut le travail acharné au Relais de ses parents où il aidait au service, n'ayant de repos que le mardi... Les chaudes journées lui paraissaient alors lourdes, comme toutes chargées d'orage.

11c---Riez---2008.jpg10 - Du côté du Bonheur : Riez, riez, riez ! (2008)

    Mais il n'est pas juste que la saison du soleil reste triste : c'est pourquoi ce poème centré sur la joie de vivre vient se coller auprès de celui consacré à l'Été. Vous y apercevrez un effet de graphisme évoquant le crescendo en musique : les trois premiers mots "Riez" sont écrits de plus en plus gros, comme s'ils étaient dits de plus en plus fort.

12b---Automne---2001.jpg11 - Automne (2001)

   Vient l'automne, et avec lui la douceur des couleurs bien rendue par l'image apposée, dans un "cercle" de brume grise.

13---Hiver---2001.jpg12 - Hiver (2001)

    Enfin l'hiver clôt ce parcours de vie, apportant ses défaites au bas de l'escalier...

    Cependant pour Robert Bichet tout n'est pas terminé. Si la mort semble régner, la vie n'a pas dit son dernier mot...

14---Arbres---2009.jpg13 - Arbres (2009)

     ... Non, les arbres sont là pour témoigner de la force souterraine qui travaille à fabriquer un nouveau cycle d'existence, un nouveau printemps, de nouveaux projets !

 

    Et comme nous voici dans le Hall, prêts à découvrir la superbe série des "Mutation-Galaxie", je vous abandonne un instant, pour reprendre notre visite dans un prochain article.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 09:49

      Je vous propose à travers le film ci-dessous une rapide visite de l'exposition de Robert Bichet à l'espace Art et Culture de Déols (près de l'ancienne abbaye), qui reste en place jusqu'au 30 mars 2011.

     Je regrette d'avoir été un peu rapide sur les tableaux et de ne pas les avoir commentés au passage (je les évoque juste à mi-voix) ; je comptais sur la  présence simultanée de photographies, ce qui finalement n'est pas évident.

     Voici d'abord le film, peut-être dans un prochain article le détail des tableaux (dont toutefois les photographies, prises à travers les verres, resteront chargées de reflets !).

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 16:39

       Robert Bichet ne reste pas inactif ! Au contraire, il surprend même son entourage par l'abondance de son travail - à commencer par la préparation des conférences qu'il peaufine de plus en plus, car à force d'en ajouter de nouvelles, il présente désormais des compositeurs plus récents, qu'il apprécie certes et mais ne connaît pas intimement par avance comme c'était le cas avec Olivier Messiaen ou André Jolivet.
        De même il continue à dessiner, et prépare une nouvelle exposition prévue

du 04 au 30 mars prochain

à l'Espace Art et Culture de Déols (36130).

         Voici l'affiche qui la présente :

Déols-mars2011-affiche

           Et voici l'invitation pour le vernissage (cliquez sur l'image pour l'agrandir) :

Déols-mars2011-invitation  

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 17:32

 

Logo-Harmonie.jpg

     La mutuelle "Harmonie" la bien nommée (qui dans le Cher se qualifie de "Berry"), ou plus exactement son président Pierre Potier, vient d'inviter Robert Bichet à exposer ses oeuvres dans les locaux de son Siège Social à Bourges.

     Sous le titre global de "Cité Sommeil" (Exposition non-vente - car Robert ne vend jamais ses oeuvres - de dessins, de plis postaux et de poèmes illustrés), l'artiste a accroché  25 tableaux depuis le Hall d'entrée jusqu'à la Salle d'accueil du public selon un ordre médité et riche de sens.

 

Expo-HarmBerry-dec10-05.jpg     Lundi soir (6 décembre) avait lieu le vernissage, en présence du président que vous voyez ci-dessus à gauche sur la photo (cette photographie et celles qui suivent sont des clichés d'amateur).

    Ici nous nous trouvons dans la salle d'accueil du public que décorent des poèmes illustrés, par exemple "Printemps" (tout à fait à droite),

RBichet-printemps    ou "l'Enfant" (juste à sa gauche).

L'enfant 01    A l'occasion de ce vernissage, non content d'organiser une visite commentée de l'exposition, Robert Bichet fit entendre un peu de sa musique (l'une des "Saisons de Condé", "L'hiver", créé en juin 2010 en l'église de Condé), et lut publiquement certains de ses textes.

Expo-HarmBerry-dec10-01.jpg

    Voici le Hall d'entrée avec le démarrage de la visite autour d'Espace Transformé (1983)

Espace transformé - 1983        et de trois dessins tirés de la série "Cité-sommeil en 8 dessins" (2010) : ci-dessous, "Cité-sommeil aux trois menhirs".

Cite-sommeil-aux-trois-menhirs---2010.JPG   Puis l'artiste s'attarda à détailler son tableau "Parcours secret derrière Orion" (1991)

Expo-HarmBerry-dec10-03.jpgque vous voyez ici de face

Parcours secret derrière Orion - 1991      avant de conduire les assistants vers la salle d'accueil où se trouvaient les plis postaux

Expo-HarmBerry-dec10-02.jpg

(particulièrement ceux adressés à ses trois filles, Marie-Noëlle, Morgane et Sylviane)

plis postaux 03    puis les Poèmes illustrés, dont vous le voyez ci-dessous lire certains dans la plaquette "Là-bas sont tous les Rêves" que nous avons évoquée ici.

Expo-HarmBerry-dec10-04.jpg

   A l'écoute, profitons nous aussi de l'audition de l'Hiver, improvisation sur des schémas de l'auteur et sous sa direction, pour sept musiciens : un violoniste, un flûtiste, un saxophoniste jouant du saxophone alto, un bassoniste, un pianiste, un ondiste jouant des Ondes Martenot et un percussionniste jouant du vibraphone et des tams-tams Paiste et Chinois.

 

   (enregistré le 5 juin 2010 en l'église de Condé, près d'Issoudun, Indre)

  ------------

        Cette exposition, ouverte au public depuis hier (mardi 7 décembre), le restera jusqu'au vendredi 11 février 2011 au Siège Social de la mutuelle berrichonne,

PIPACT (Parc Industriel de Production et d'Activités Commerciales et Tertiaires)

9 rue Charles Durand

18000 BOURGES

         aux heures d'ouverture évidemment du service qui sont :

Du lundi au vendredi de 9h à 12h30

et de 13h45 à 18h.

  Profitez-en ! 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 21:26

        Quand j'ai connu Robert, il aimait à m'emmener dans des brasseries parisiennes qui rappelaient la Belle Epoque, par exemple "Chez Julien", rue du Faubourg Poissonnière ou dans une rue parallèle... Des portes en boiserie à tourniquet, d'immenses salles flanquées de miroirs, des garçons à tablier blanc, des petites tables rondes ou rectangulaires à pieds en fer ; un menu simple mais classique, dans lequel le bol de soupe était à la portée de toutes les bourses, même celle du mendiant qui n'était pas exclu des lieux ; on y trouvait encore la petite cervelle d'agneau rissolée mais aussi la soupe à l'oignon gratinée, et tout était servi très vite, monté de la cuisine en sous-sol, et les garçons virevoltaient entre les tables avec leurs plateaux, écrivant la commande puis la note au fur et à mesure sur les nappes de papier de la table.

       Bien sûr les nappes ensuite étaient jetées.

      Alors, avant de partir, Robert y faisait des petits dessins au bic noir. Il griffonnait des arbres, des petites maisons, une tête ronde en forme de pleine lune qui regarde, souvent posée par terre... C'était l'époque où, fou de son Bracieux natal, il criait à qui voulait l'entendre : "Quittez tous Paris ! Allez vivre à la campagne !!"  

       Parfois on arrachait le coin de papier contenant le dessin, pour l'emporter avec nous. Il représentait ses souvenirs de l'allée solognote où il aimait à rêver adolescent, et cette tête c'était la sienne, toujours détachée du corps tandis qu'il s'évadait dans le rêve.

Mes saisons de Bracieux - St-Germain des Prés (Paris 1973)      Le jour où il édita son recueil "Mes Saisons de Bracieux" aux éditions Saint-Germain des Prés, il se décida à fixer ses images en illustration pour ses poèmes, et il en ajouta deux pour les miens sur mon recueil "Le Rossignol d'Argent". Ce furent les premières esquisses d'un style très personnel qu'il ne cessa ensuite de développer.

Mes-Saisons-de-Bracieux-intro.jpg

Mes saisons de Bracieux - dessin n°1

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

    Voici le premier dessin, datant donc de 1973, qui représente une tête un peu inquiète posée entre deux arbres près d'un escalier...

Mes saisons de Bracieux (1)Mes saisons de Bracieux - dessin n°2       

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

       La voici plus gaie en fonction du texte qu'elle illustre,

Mes-saisons-de-Bracieux--2-.jpgMes saisons de Bracieux - dessin n°3    

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

      puis un peu douloureuse, cachée dans la forêt auprès d'une maison secrète. Un escalier s'évade à gauche.

Mes-saisons-de-Bracieux--3-.jpg  Mes saisons de Bracieux - dessin n°4

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

      Plus dense se fait la forêt, tandis que le visage n'est plus celui qui regarde mais peut-être celui même du paysage enfoui derrière des escaliers ignorés.

Mes-saisons-de-Bracieux--4-.jpg Mes saisons de Bracieux - dessin n°5

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés   

      Enfin la maison de rêve en pleins bois est bien visible au clair de lune, dans une sorte de clairière ; et à droite, sur un escalier, une tête regarde entre les arbres.

Mes saisons de Bracieux (5)Mes saisons de Bracieux - dessin n°6

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés 

     Et voici la dernière illustration de la vaste fresque intitulée "Mes Saisons de Bracieux" : la tête plus humaine sourit entre les arbres près de sa maison.

poemes-pour-eux.jpg

Poèmes pour Eux

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

     Aux Saisons de Bracieux suivent immédiatement les "Poèmes pour eux", poèmes de détresse où s'exhale la haine d'un monde dogmatique où domine le jugement. Cette illsutration les accompagne, dans laquelle les arbres, les maisons, le visage sont enfermés entre des glaces qui coupent, qui tranchent.

Poemes-venus-d-ailleurs--1-.jpg

Poèmes venus d'ailleurs - dessin n°1

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

      Puis vient la série des "Poèmes venus d'ailleurs". Ce sont des sortes d'incantations, des poèmes "magiques" arrivés d'on ne sait où pour rétablir le droit au rêve. C'est pourquoi les visages qui accompagnent les dessins sont souvent si étranges.

Poemes-venus-d-ailleurs--2-.jpg

Poèmes venus d'ailleurs - dessin n°2

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

     Ici le réconfort s'installe, car l'amour est là : en effet, vous avez deux oiseaux qui s'envolent côte à côte, là-haut dans le ciel.

Poemes-venus-d-ailleurs--3-.jpg

Poèmes venus d'ailleurs - dessin n°3

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

     Un autre poème encore plus mystérieux fait dresser des cornes au visage d'elfe des arbres, tandis que la maison semble bizarrement suspendue.

Poemes-venus-d-ailleurs--4-.jpg

Poèmes venus d'ailleurs - dessin n°4

Robert Bichet ©Editions St-Germain des Prés, tous droits réservés

     Enfin dans le dernier "Poème venu d'ailleurs", la magie a opéré son effet... Pour la première fois Robert parle d'Orion, la grande constellation dont plus tard il se fera un modèle pour d'autres créations ; le paysage, enrichi d'un moulin, est tout désorganisé (la fenêtre sort de nulle part), et le visage posé semble défait, peut-être transformé en un rocher sur le chemin... Mais l'ensemble est équilibré, carré comme le cadre d'Orion lui-même que vous verrez dessiné par derrière, si vous agrandissez l'image, sous la forme de sept petits oiseaux.


Partager cet article

Repost0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 09:50

     

     Evaux-les-Bains est un charmant village creusois doté d'un centre de soins thermaux consacré aux problèmes phlébologiques et rhumatismaux.

        En voici la situation :

Evaux-les-Bains-carte.jpg

     A proximité de l'établissement de bains on trouve un parc animalier consacré aux daims - jolie rime, puisque là se trouve également l'élégante piscine municipale !

Evaux-les-Bains-2009-parc-animalier.jpg

      C'est à la Maison du Patrimoine d'Evaux qu'en août 2009 Robert Bichet installa ses tableaux, et présenta pour le vernissage un petit concert-lecture comme il le fait la plupart du temps.

 

Affiche-expo-Evaux-les-Bains-09.jpg

Voici quelques vues de l'« Espace Transformé » :

Evaux-les-Bains-2009-01.jpg       L'entrée, avec le « Livre d'Or » auquel Robert tient tant (et bien pratique pour retrouver tous les souvenirs de ses expositions et concerts !)

Evaux-les-Bains-2009-02.jpg     Une autre vue en direction de tableaux représentatifs de manières antérieures (encres en noir et blanc, puis premières ébauches de couleurs) ; avec au fond, beaucoup plus récents, des poèmes illustrés.

Evaux-les-Bains-2009-03.jpg

      Vue inverse avec l'emplacement où vont s'installer les musiciens pour le concert du vernissage. Au fond, quelque "plis postaux", une des spécialités de Robert qui est passionné de philatélie.

       Avec notre artiste, qui pour l'occasion a ressorti son Cor anglais (instrument plus noble et plus difficile que le hautbois) et non les percussions annoncées sur l'affiche, il y a la fidèle Francesca Paderni, toujours présente et toujours requise dans les oeuvres de Robert, car elle est une des rares ondistes actuelles.

Evaux-les-Bains-2009-vernissage--Francesca-Paderni.jpgFrancesca Paderni aux Ondes Martenot.

Evaux-les-Bains-2009-vernissage-Bichet-Paderni.jpgEt voici le concert du vernissage.

Evaux-les-Bains-2009-Livre-d-Or.jpgSignatures dans le Livre d'Or

Evaux-les-Bains-2009-04.jpgVisiteurs - et organisateurs - de l'Exposition


Partager cet article

Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 15:45

        

      Cet été, Robert Bichet a multiplié les animations.

     D'abord  il y a eu l'exposition-Concert en l'église et la salle des fêtes de Condé, près d'Issoudun.  Expo Condé juin 2010

 En voici quelques vues. D'abord l'église avec la Salle de Fêtes, puis la Conférence.  Condé-050610 - Eglise & salledesfêtesCondé-050610      Pour plus de détails, vous pouvez vous reporter à cet article.

      Puis, invité par l'Issoldunoise d'adoption Muriel Cayet, il se rendit à Saint-Doulchard (près de Bourges), plus exactement au domaine de la Varye, afin de participer à une vaste exposition collective.  Expo juillet 2010 - Saint-Doulchard      Ce qui ne l'a pas empêché, dès le 5 juillet, d'exposer à Châteaumeillant (dans le Sud du Cher).  

Expo-5-juillet-2010---Chateaumeillant.jpg

          Le 20 août, sans faire trop de chemin, il déposait ses toiles à Culan, 12 km plus loin sur la route de Montluçon, à la demande de son ami Philippe Auclair.  Expo-juillet-2010---Culan.jpg      L'exposition était bien prévue jusqu'au 21 septembre ? Cependant le 19, il  avait encore le matériel nécessaire pour exposer dans la belle église romane de Sainte-Lizaigne, près d'Issoudun - en compagnie du maire du village poète lui-même : Pascal Pauvrehomme (voir ici l'article que nous lui avons consacré). 

Expo-Ste-Lizaigne---sept-2010.jpg

Eglise-de-Sainte-Lizaigne.jpgRobert Bichet et Pascal Pauvrehomme en l'église romane de Sainte-Lizaigne le jour du vernissage de l'exposition.

 

           Puis le 25 le matériel déposé à Culan repartait pour Saint-Germain-du-Puy près de Bourges, dans un château (le château de Villemenard).  Pour cette fois, Robert Bichet avait un projet annoncé : il consacrait son travail aux Virades de l'Espoir... 

Expo-St-Germain-du-Puy---sept-2010.jpg    Comment réussit-il cet exploit d'exposer partout à la fois ? D'abord parce qu'il a déjà une belle production à son actif bien sûr ; mais aussi grâce au camion que dès sa retraite il a réussi à se procurer (j'ai brouillé le visage du vendeur par discrétion), et avec lequel il transporte tout ce qu'il souhaite.  Camion.jpg  

    

Partager cet article

Repost0

Profil

  • Martine Maillard
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet.    

Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.
  • "C'est quand on est enfant qu'on emmagasine dans son cœur les choses les plus importantes de la vie" , dit souvent Robert Bichet. Je souhaite vous faire partager ici son enthousiasme et ses passions.

Présentation

Né en 1947, Robert Bichet reçut d'abord  une formation de musicien au Conservatoire National de Région de Tours en hautbois puis en écriture. Simultanément il publia deux recueils de poèmes sur la Région de Tours et commença à peindre sous l'influence de Pierre Dupas.

            Arrivé à Paris en 1970, il suivit durant deux années le stage de formation organisé par le Groupe de Recherches Musicales de Radio France et le Conservatoire National Supérieur de Paris, puis reçut une formation universitaire à la Faculté de Paris VIII où il fut admis au grade de licencié dans les départements de Musique et d'Arts Plastiques. 

          Tandis que deux nouveaux recueils de poèmes voyaient le jour, il s'initia à la gravure et commença à développer une technique d'encres soufflées. Par ailleurs ses relations avec de multiples amis instrumentistes enrichit sa connaissance des divers instruments et lui permit d'envisager une écriture musicale basée sur des masses sonores où apparaissent en relief des solistes dont tous les moyens sont mis en valeur. Cette exigence de recherche instrumentale lui valut une édition musicale à compte d'éditeur (chez Henri Lemoine) de son "Désert II" pour hautbois.

          Après avoir enseigné dans divers collèges de la Région Parisienne et avoir réussi à y insuffler un élan vers l'expression musicale contemporaine, il fut nommé en 1981 directeur du Conservatoire Municipal de Musique d'Issoudun (Indre), où conjointement à ses activités d'administrateur il développa largement sa peinture,  sa poésie et sa musique, par des créations originales spécialement conçues  pour ses élèves, ou même pour les enfants des écoles, appelés à participer.

        Retraité depuis 2007 il poursuit ardemment par des cours, des conférences, des animations, des concerts et des expositions, le but qu'il s'est fixé :  amener chacun à éveiller le poète qui sommeille en lui, en prenant conscience que tout être humain est un créateur.       

L'Art vient d'ailleurs, il est sacré.

L'artiste n'est qu'un transmetteur capable de s'émerveiller.

Quels que soient sa race, son sexe, son âge, sa condition sociale, tout être humain a la possibilité de dire ou de penser : "c'est beau... ... ... "

C'est à cet instant qu'il devient poète.

S'il s'autorise à créer envers et contre tous, il devient alors artiste, nourri par l'énergie d'une force intérieure qui le dépasse et qui le guide.

Robert Bichet

Citations

« L'artiste doit aimer la vie et montrer qu'elle est belle. »

Anatole France

 

« Nous, nous voulons être les poètes de notre vie. » 

Frédéric Nietzsche

Un Reportage Vidéo

Bibliographie

POÉSIE

- Expansion d'amour

(Editions J.F.P.F., 1967) épuisé.

- Triptyque :

  . Expansion d'amour
 . Altitudes

  . Douze paraboles pour une jeune fille

(Editions José Millas-Martin, 1970) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions Saint-Germain des Prés, 1971) épuisé.

- De la fenêtre

(Editions José Millas-Martin, 1972).

- Mes saisons de Bracieux

   Poèmes pour eux

   Poèmes venus d'ailleurs

(Editions Saint-Germain des Prés, 1973) épuisé

- Parcours secret derrière Orion

(Editions François Villon, 1997)

- Là-bas sont tous les rêves

(Editions Caractères, 2009)

 

MUSIQUE

- Désert II     pour hautbois

Extrait de "Du Fond du Gouffre", durée 7'

(Editions Henry Lemoine, 1986).

- Parcours secret derrière Orion      pour 7 saxophones

(5 saxophones alto mi b, 1 saxophone ténor si b et 1 saxophone baryton mi b), durée 20'

(Editions Van de Velde, 2002).